Le Grand Jury - RTL - LCI - Le Figaro :HENRI Emmanuelli

Publié le par psinfo

 

Ecouter l’émission *

Jean-Michel Aphatie (Richard Artz), entouré de Nicolas Beytout (directeur de la rédaction du Figaro) et Pierre-Luc Séguillon, (éditorialiste à LCI), accueillaient ce dimanche Henri Emmanuelli.

 

 

Jean-Michel Aphatie : Vous n’avez pas pu aller voter jeudi dernier, vous auriez voté pour qui ?

Henri Emmanuelli : J’aurais fait ce que j’avais dit à Ségolène que je ferais, c’est à dire, je lui avais expliqué que tout mon combat politique dans le PS était quand même de veiller à une certaine orientation de ce parti, que la cohérence politique m’inclinait à voter pour Laurent Fabius mais que je ne ferai pas d’appel public pour lui, que c’était ce que je pouvais faire de mieux pour elle. Alors, pourquoi je n’ai pas voulu faire d’appel public ? Parce que depuis le départ, j’ai un peu désapprouvé cette méthode qui a prévalu au cours de l’automne, même si elle est l’objet de tant de louanges. Je l’ai désapprouvée parce que j’ai constaté qu’on faisait un faux congrès. A partir du moment où les candidats préemptaient des lignes politiques, on transformait cette désignation de personne en congrès. C’est comma ça qu’on a vu apparaître une ligne sociale-démocrate qui ne s’était pas manifestée au congrès du Mans dont je trouve, pour ma part, qu’elle ressemble plutôt à une ligne sociale libérale, que j’ai vu préempter la ligne de Gauche, et je n’aimais pas beaucoup ce mélange. Une désignation de personne ce n’est pas un congrès d’orientation politique. Je craignais donc, ce qui est en train de se produire, que le score des candidats soit censé mesurer l’influence des sensibilités politiques...

Publié dans Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marc d HERE 28/11/2006 18:34

C'est vrai que la candidate va entraîner le parti bien loin du programme socialiste ou de la pauvre synthèse du Mans....Et on ne s'en plaindra pas...